Course contre la montre et le froid dans le cadre d’un projet des FOROP à la BFC Wainwright

Nous avons rencontré Doug Barr, chef d’équipe de CDC, Gestion des projets, à la BFC Wainwright le jour de la diffusion du certificat d’achèvement substantiel aux entrepreneurs pour un projet de construction d’envergure. Ce projet de deux ans comprend la rénovation de cinq installations existantes et la construction de deux nouveaux bâtiments pour accueillir les forces d’opposition (FOROP), une sous-unité du Centre canadien d’entraînement aux manœuvres.

Pendant que nous discutions, des équipes s’affairaient à mettre la dernière main au projet. C’était une douce journée de mars, une période de l’année où les températures moyennes peuvent descendre nettement en dessous du point de congélation. « Au cours du projet, nous avons eu des semaines où la température maximale était de -30 ºC », indique M. Barr.

Mais le froid n’a pas empêché l’équipe de mener à terme ce projet de construction de 15,7 millions de dollars. Les bâtiments sont utilisés par les FOROP, une unité dont le mandat principal consiste à améliorer l’instruction de la force opérationnelle. Ces exercices peuvent nécessiter la présence de près de 300 personnes sur les lieux, parfois pour une période de deux mois, et les bâtiments des FOROP existants ne peuvent tout simplement pas accueillir un aussi grand nombre de personnes.

M. Barr mentionne que la section des FOROP vivait et travaillait dans une vieille installation appartenant aux Britanniques; initialement, le projet visait à rénover ce bâtiment, mais il est devenu évident qu’il fallait construire un nouveau bâtiment. À la fin du projet, les FOROP disposaient d’un espace supplémentaire de 5 048 m2 qui comprenait un nouveau quartier général et un abri pour entreposer les véhicules de combat au chaud pendant l’hiver. Le projet a également permis de rénover les bâtiments existants et de leur donner une nouvelle vocation, soit d’accueillir le quartier-maître régimentaire.

M. Barr était heureux que le projet ait été achevé dans les temps et en deçà du budget prévu, et ce, malgré les obstacles à surmonter comme couler du ciment en plein hiver. « Ce n’est pas une bonne idée », affirme-t-il. Heureusement que l’entrepreneur local, KellerDenali Construction, d’Edmonton (Alberta), était habitué de travailler par un temps aussi glacial.

Lorsque nous avons discuté des défis que pouvait présenter le froid, cela n’était plus qu’un lointain souvenir pour M. Barr. « J’ai emballé mes bâtons de golf et je pars en vacances pour la Caroline du Sud demain », dit-il.


Dans nos numéros précédents

Creuser loin pour surmonter les défis et construire un nouveau domicile pour la SFC St. John’s

Il n’est pas inusité de rencontrer des embûches dans le cadre d’un projet de grande envergure. En ce qui concerne le Projet de regroupement de Pleasantville, dont on évalue la valeur à 117,8 millions de dollars, certains des principaux défis à relever étaient liés aux choses sur lesquelles les entrepreneurs opérant les grosses pelles se heurtaient littéralement.