CDC et l’assainissement de la Ligne du Centre : le pouvoir des progrès positifs

Un panneau au site de la Ligne de radars du Centre du Canada avertit la présence d'asbestos dans les débris de démolition d'un bâtiment effondré.

Un panneau au site de la Ligne de radars du Centre du Canada avertit la présence d'asbestos dans les débris de démolition d'un bâtiment effondré.

Le monde a bien changé depuis les années 1950, à l’époque où la menace perçue d’une attaque nucléaire par les Soviétiques inquiétait grandement les politiciens américains et canadiens, les forces militaires et la population canadienne en général. C’est dans ce contexte que fut créée la Ligne de radars du Centre du Canada, une sorte de « plan B » ou de renforcement du réseau de détection lointaine avancée (réseau DEW) principal, qui avait été conçu pour donner l’alerte en cas de menaces aériennes soviétiques imminentes.

Contrairement au réseau DEW, qui fut créé par les forces militaires américaines, la Ligne de radars du Centre du Canada est une création entièrement canadienne, laquelle comprend 98 postes de radar situés le long du 55e parallèle, de Dawson Creek, en Colombie-Britannique, à Hopedale, au Labrador. Dix-sept de ces sites étaient situés en Ontario et, en 1965, cette clôture de sûreté virtuelle éphémère fut fermée pour des raisons stratégiques et économiques.

Il est largement accepté que l’exploitation et la mise hors service des sites ne répondent pas aux normes environnementales en vigueur aujourd’hui. C’est pourquoi le ministère de la Défense nationale (MDN) et le ministère des Richesses naturelles (MRN) de l’Ontario ont formé un partenariat en vue d’assainir ces sites ontariens de façon appropriée.

« Ces sites renferment des décombres de démolition, des sols contaminés et d’anciens dépotoirs qui ont été jetés dans un tas plutôt que dans une décharge à écran d’étanchéité artificiel, comme celles que nous avons dans le sud », soutient Scott Munn, ancien ingénieur des Forces armées canadiennes et chef de l’équipe responsable de l’assainissement de la Ligne du Centre de CDC.

« Je participe aux activités d’assainissement du réseau DEW depuis 17 ans. Il s’agit donc de mon deuxième projet d’assainissement de l’environnement dans le Nord. Ces travaux revêtent une très grande importance. Il s’agit d’un projet de grande envergure qui doit être géré avec prudence. »

Les principes directeurs de ces efforts sont le respect, l’équité, la consultation et l’adaptation, et l’équipe responsable du projet a pour mandat d’assainir les sites, tout en embauchant des autochtones à l’échelle locale.

Qui aurait cru que ce projet dépasserait largement ces paramètres initiaux et deviendrait une collaboration d’un tout nouveau genre pour CDC entre deux ordres de gouvernement et les autochtones. Avec le MRN agissant à titre d’administrateur de projet, CDC a appuyé le MDN dans le cadre de la gestion du programme de contribution fédéral et a fourni conseils et orientation sur les activités d’assainissement en soi. Munn et son équipe sont devenus plus comme des champions et des conseillers partenaires, étant donné leur expérience dans le cadre de l’assainissement du réseau DEW.

Le résultat de ces opérations a permis aux employés du MRN de remporter un prix de la fonction publique de l’Ontario, et CDC a reçu le plus haut niveau de soutien possible du MDN et du MRN, qui ont mentionné que le projet n’aurait pas connu un tel succès sans l’expertise de CDC.

« Nous avons formulé des conseils que le MRN de l’Ontario a acceptés volontiers. Nous profitons du pouvoir que ces progrès positifs génèrent. La confiance et la morale s’établissent grâce à une bonne communication et à des résultats positifs. Pour moi, l’ensemble de ce processus est donc un gage de reconnaissance mérité de la compétence de CDC. »

Il est extrêmement gratifiant de recevoir ce genre de satisfaction de la clientèle dans le cadre de cette collaboration fédérale-provinciale inhabituelle, où notre rôle consistait à agir à titre de conseiller dans le cadre du projet et du programme. »

CDC a pris connaissance de ce projet dans les années 1990, lorsque le MRN a sondé CDC. Après une initiative d’assainissement initialement dirigée par l’Ontario, CDC a été embauchée de nouveau en 2007 et a commencé à prévoir les travaux d’assainissement. Des 11 sites pour lesquels on a demandé la collaboration de CDC, huit sont achevés, l’achèvement des autres étant prévu d’ici la fin de l’année ou d’ici l’année prochaine.

La Ligne de radars du Centre du Canada étant presque achevée, Munn peut faire le point sur les travaux qui ont été accomplis par de multiples intervenants travaillant en étroite collaboration en vue de mener leurs activités dans des emplacements d’opérations complexes présentant des défis en raison de leur éloignement et de leur accès limité.

« En dépit des difficultés liées aux marchés éprouvées dans le Nord, le MRN respecte pratiquement le budget imparti et le calendrier établi, ce qui est formidable pour ce type de projet. »

Outre Munn, l’équipe de CDC était composée de Thuc Nguyen, Tamara Van Dyck, Patricia O’Donnell, Joanne Vaillancourt, Genevieve Boileau et Nick Sanders.