Centre d’instruction supérieure en guerre terrestre de l’Armée canadienne : quand entraînement rime avec aventure

Vue intérieure du Centre d’instruction supérieure en guerre terrestre de l’Armée canadienne à la 8e Escadre Trenton avant son ouverture. CDC gère la construction de ce centre d’instruction spécialisé où des membres des FAC viennent s’entraîner au parachutisme, aux opérations dans l’Arctique, aux opérations en montagne ou aux opérations héliportées, et assure la passation des marchés s’y rattachant.

Vue intérieure du Centre d’instruction supérieure en guerre terrestre de l’Armée canadienne à la 8e Escadre Trenton avant son ouverture. CDC gère la construction de ce centre d’instruction spécialisé où des membres des FAC viennent s’entraîner au parachutisme, aux opérations dans l’Arctique, aux opérations en montagne ou aux opérations héliportées, et assure la passation des marchés s’y rattachant.

Véritable lieu d’aventure à la mission pourtant très sérieuse, le nouveau Centre d’instruction supérieure en guerre terrestre de l’Armée canadienne est doté de murs d’escalade hauts de six étages, d’égouts pluviaux factices, d’une reproduction de gaine d’ascenseur, d’un « bâtiment dans le bâtiment » de quatre étages et d’une multitude d’espaces de descente en rappel.

Inauguré en juillet 2015, ce site d’entraînement d’une valeur de 36,5 millions de dollars implanté à la 8e Escadre Trenton mesure 3 000 m2 de plus que l’ancien centre. Il vise à préparer les parachutistes et les soldats d’élite aux opérations dans le désert, dans la jungle et par temps froid. Il comprend même un système de suspension pour l’entraînement aux sauts en parachute.

Chaque année, ce sont près de 1 000 soldats d’élite qui s’y formeront dans les domaines suivants : parachutisme, livraisons par voie aérienne, opérations en montagne, descentes en rappel, opérations d’éclaireur-patrouilleur et toutes les qualifications d’arrimeur de parachutes.

Les SkyHawks, l’équipe de parachutistes des Forces armées canadiennes, s’y entraîneront également.

« Ce nouveau bâtiment ultramoderne, conçu avec l’aide de membres des Forces armées canadiennes, contribuera à renforcer notre interopérabilité dans un éventail de milieux d’entraînement et de milieux opérationnels », a indiqué le lieutenant-colonel François Dufault, qui assure le commandement du Centre.

Principal coordonnateur des travaux de construction du Centre pour CDC, Dan Heslinga a affirmé que, outre le fait d’œuvrer à l’efficacité opérationnelle des Forces armées canadiennes, il s’agissait du projet le plus fascinant auquel il n’ait jamais eu l’occasion de participer.

« J’ai du mal à imaginer pouvoir construire un bâtiment de ce type, pour un client de ce type, nulle part ailleurs au Canada », a déclaré M. Heslinga.

« Notre mission était de littéralement faire sortir de terre un centre d’instruction supérieure présentant toutes les configurations imaginables afin d’aider les soldats d’élite de l’Armée à s’entraîner. Meilleure est l’instruction de nos soldats, meilleurs ils seront sur le terrain, ce qui ne peut être que bénéfique pour le Canada. Participer à ce projet remarquable a été une expérience très gratifiante. »


Dans nos numéros précédents

Une nouvelle approche vidéo facilite l’obtention des cotes de sécurité pour les entrepreneurs

Dans un pays aussi vaste et diversifié sur le plan géographique que le Canada, il est logique que des organisations telles que le MDN et CDC profitent de la technologie pour simplifier les processus et réaliser des économies.


Le pont Sergeant Ralph avant son remplacement par la méthode de poussage de pont, Oromocto, Nouveau-Brunswick.

Le pont Sergeant-Ralph de la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown (anciennement connue sous le nom de Base des Forces canadiennes Gagetown) est l'une des voies les plus fréquemment utilisées à l'échelle de la base. Les troupes et les chars qui se dirigent vers le champ de tir et la zone d'entraînement d'envergure, qui couvrent environ un huitième du Nouveau-Brunswick, ...