Réfection d’un bâtiment patrimonial en ville : bientôt la ligne d’arrivée

Steven Denault, chef d’équipe, Services de construction (gauche) et Julien Wong, coordonnateur, Services de construction.

Steven Denault, chef d’équipe, Services de construction (gauche) et Julien Wong, coordonnateur, Services de construction, sont deux employés de CDC à avoir travaillé à la réfection et à la mise à niveau selon les normes séismiques du Manège militaire Seaforth Armoury, à l’ouest du trépidant secteur de Burrard Street Bridge de Vancouver.

En 2004, une équipe de CDC s’est vu proposer un défi unique : restaurer un vieil immeuble de béton de 80 ans à valeur patrimoniale situé dans un trépidant centre-ville, le tout en construisant du coup un bâtiment de protection civile sur la même propriété.

Il n’empêche que malgré sa complexité, ce projet de réfection à la fois stimulant et délicat du Manège militaire historique Seaforth, situé à l’ouest du très achalandé Burrard Street Bridge à Vancouver, tire à sa fin.

« Ce n’est certainement pas un projet typique pour nous », a raconté Steven Denault, chef d’équipe, Services de construction de CDC, des quatre employés de CDC ayant pris part aux travaux de modernisation et de construction depuis le début.

Le Manège militaire a été bâti en 1935-1936 pour accueillir l’unité de réserve des Seaforth Highlanders. Même si le bâtiment a été entretenu et a subi quelques mises à niveau au cours des 80 dernières années, sa structure devait être considérablement modernisée pour répondre aux normes sismiques élevées d’aujourd’hui.

« Il y a toujours beaucoup d’inconnus dans la réfection d’un bâtiment de cet âge », d’expliquer M. Denault en parlant des éléments invisibles, des coins et recoins et des travaux de réfection non consignés au fil de plusieurs années d’entretien.

Le bâtiment de pierre de style château écossais est reconnu comme un immeuble patrimonial par la Ville de Vancouver, ce qui signifie qu’il fallait tenir compte de règlements municipaux dans les travaux de modernisation structurelle et fonctionnelle, notamment pour ce qui touche le câblage, les installations mécaniques et le système de chauffage et de refroidissement.

« Nous recevons effectivement beaucoup de commentaires et de questions des passants », a indiqué M. Denault au sujet de la grande attention que reçoit ce projet de construction sur un terrain chéri du centre-ville.

La relocalisation de la Garnison Jericho dans un nouveau bâtiment de 22 000 m2 avec stationnement sur quatre étages est aussi en cours sur le terrain du Manège militaire Seaforth. Comme le bâtiment de la Garnison aura aussi une vocation de protection civile, il faut plus de planification, de matériaux et de personnel pour le construire, ce qui complexifie davantage le projet.

« Ce fut assurément un défi – l’équipe de CDC est là depuis le jour 1 et maintenant, on voit la ligne d’arrivée, a indiqué M. Denault en pensant à l’objectif d’achèvement en août 2015. Nous avons hâte de voir le projet achevé et on sait que les unités militaires qui y travaillent partagent ce sentiment », a-t-il ajouté.


Dans nos numéros précédents

Valcartier : les infrastructures d’un nouveau village d’entraînement prêtes en 2015

Le réalisme des zones de combat dans lesquels s’exercent les militaires contribue au succès de leurs interventions. CDC met la dernière touche à un tout nouvel environnement urbain qui permettra aux troupes terrestres de la Garnison Valcartier de parfaire leur entraînement.


La cible « verte » atteinte pour un champ de tir de Valcartier

Chaque jour, les balles sifflent sur le champ de tir Nicosie de la Base de soutien de la 2e Division du Canada à Valcartier. Contrairement aux champs de tir traditionnels, l’empreinte écologique est grandement réduite sur ce nouveau champ de tir « vert » grâce à de nouveaux capteurs de balles conçus au Canada ...